Présentation

echo robine

En janvier 2005, afin d’anticiper l’anniversaire des évènements de 1907, la ville de Narbonne commande à la Compagnie du Kiosque une création théâtrale. S’inspirant de la période précédant la grande crise viticole qui secoua le Midi au début du XXe siècle, Jacques Brun crée « L’Echo de la Robine – Café imaginaire ».
Souhaitant plonger dans l’histoire du Midi en évitant la reconstitution didactique, Jacques Brun choisit un café-concert comme « théâtre » de sa pièce. Ce choix d’un « Café imaginaire » - d’un lieu où grâce au pouvoir du vin tout devient possible - favorise les rencontres inattendues, crée des situations de jeu variées, permet d’alterner les tonalités. Tantôt réaliste pour nous ramener à une peinture sociale précise, tantôt jubilatoire en faisant appel à la comédie, « L’Echo de la Robine » baigne dans une ambiance musicale qui donne à entendre les chansons populaires de l’époque mais aussi des airs d’opéra grâce à la présence de la soprano Véronique Chevallier.
La première du spectacle a lieu le 29 Juin 2005 à Narbonne et sera suivie de cinq représentations. Adapté en Octobre 2005 afin d’être exploité, « L’Echo de la Robine – Café imaginaire » entame ensuite une diffusion en Languedoc-Roussillon. Le spectacle est repris à Narbonne en 2006 enrichi de deux nouvelles scènes et poursuit toujours son exploitation.
« L’Echo de la Robine – Café imaginaire » peut être donné en intérieur comme en extérieur et peut s’adapter à différents lieux qu’il mettra ainsi en valeur. Sa scénographie « éclatée » met le spectateur au cœur de l’action ; celui-ci devient ainsi client du « Café imaginaire »…
La venue du spectacle dans une ville peut permettre à celle-ci d’y associer diverses manifestations, autour du vin notamment, du patrimoine ou de l’Histoire.

 

Dans la presse

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies sur le site de LA COMPAGNIE DU KIOSQUE.